Johanna Dal Molin - Ostéopathe D.O. - Fontaine 38, Grenoble - Isère - Ostéopathie - Thérapie tissulaire -

Bienvenue à mon cabinet d’Ostéopathie !

Je vous accueille, à tout âge, pour vous soulager d’une douleur aiguë, pour libérer un blocage, pour des problématiques chroniques, ou simplement en prévention pour optimiser votre santé.

L’approche tissulaire de l’ostéopathie que j’utilise est respectueuse, douce et profonde. Grâce à des techniques adaptées à chacun, je suis à l’écoute pour faciliter la libération de vos tensions dans la détente.

Soulagement et bien-être sont ressentis et décrits par mes patients après le soin.

Johanna Dal Molin, Ostéopathe D.O.


Qu’est ce que l’Ostéopathie ?

L’Ostéopathie est une thérapie manuelle globale permettant :

  • de rétablir la mobilité des articulations et des tissus dans le corps humain
  • d’optimiser le fonctionnement physiologique
  • d’améliorer l’équilibre interne de la personne

L’Ostéopathie est à la fois globale et spécifique :

  • Globale car elle prend en compte la totalité du corps et de l’être humain
  • Spécifique car elle s’appuie sur la connaissance de l’anatomie et de la physiologie permettant alors l’intégration des multiples liens existant entre les différents systèmes corporels (système musculo-squelettiques, système vasculaire, système nerveux, système endocrinien…)

Quels sont les principes de l’Ostéopathie ?

L’Ostéopathie est fondée sur 4 grands principes établis par Andrew Taylor STILL (le fondateur) :

  • Le corps est un tout, c’est une unité et il est intimement relié à la dimension psychique et émotionnelle de l’être humain.
  • Le corps tend toujours vers l’autoguérison et l’homéostasie : l’organisme est régi par les lois de l’autorégulation, de l’autodéfense, et de l’autoguérison. L’homéostasie est la tendance à l’équilibre et elle s’exerce dans tous les domaines biochimiques, structurels et psychiques.
  • La structure et la fonction sont inter-dépendantes : l’intégrité de la structure corporelle garantit un bon fonctionnement physiologique, et un bon fonctionnement des différents systèmes corporels contribue au maintien de l’équilibre structurel.
  • La règle de l’artère est suprême : la bonne circulation sanguine est essentielle à l’équilibre du corps et elle favorise la nutrition de tous les organes, muscles, et tissus du corps.

Quelles sont les origines de l’Ostéopathie ?

  • L’Ostéopathie a été fondée par Andrew Taylor Still en 1874. Il vécut aux Etats-Unis de 1928 à 1917, et fut initié très jeune à la médecine par son père médecin et pasteur méthodiste qu’il accompagnait dans ses visites. Dans la campagne du Middle West et parmi les Indiens, il connut la vie rude et fruste des pionniers et apprit à aimer et comprendre la nature. Il se trouva vite confronté aux limites de la médecine et de son temps.
    Un drame familial, la mort de trois de ses enfants foudroyés par une épidémie de méningite cérébro-spinale, marqua sa rupture définitive avec la médecine allopathique et le convainc de chercher les bases d’une nouvelle médecine plus conforme aux lois naturelles et plus performante.
    Il se mit à étudier exclusivement l’anatomie sur le vivant observant en détails les os, les muscles, les articulations, les tendons... Il étudia la physiologie de la circulation du sang, de la lymphe et l’énergie nerveuse, et comprit le rôle des fascias, ces enveloppes fibreuses enveloppant les cellules, les muscles, les organes, les nerfs et les artères, réalisant ainsi l’unité bio-mécanique du corps.
    Une autre évidence s’imposa à lui : le corps possède en lui même tous les éléments nécessaires à son bon fonctionnement et à sa défense contre les agents extérieurs.
    Il crea le mot "Osteopathy" par référence au rôle déterminant de l’os dans sa pratique. Il eut rapidement des résultats spectaculaires. Il en résulta d’une part, un afflux considérable de sa clientèle, et d’autre part, l’hostilité de ses confrères restant fidèles à la vieille école et voyant d’un mauvais oeil ce novateur qui venait bousculer l’ordre établi et obtenait des résultats inhabituels.
  • John-Martin Littlejohn (1865-1947), d’origine écossaise, émerveillé par le concept et la technique ostéopathiques, se forme à son tour à l’ostéopathie. Il poursuivit l’oeuvre de Still et étudia particulièrement les relations existant entre les différents niveaux de la colonne vertébrale et les organes, ainsi que l’adaptation de l’homme à la verticalité.
  • William Sutherland (1873-1954) apporta à son tour une grande contribution à l’ostéopathie en découvrant les particularités de l’anatomie du crâne et en exposant sa théorie du possible mouvement des os du crâne. Ses recherches lui permettront de développer ce qu’on appelle l’ostéopathie crânienne.